Accueil

​Bienvenue sur le site du Conseil Départemental de la Charente

 

Répondeur téléphonique des cabinets médicaux :

A l’occasion des grandes vacances, nous vous rappelons les recommandations officielles du Code de la Santé Publique :
 

En cas d’absence, vous devez indiquer aux patients le confrère auquel ils pourront s’adresser et pour la permanence des soins, la mention suivante pourrait ensuite être rajoutée en fin du message « dans les cas les plus graves, appelez le 15 »
 

 

DEMARCHAGE RELATIF A LA MISE EN CONFORMITE DU RGPD

Des Sociétés profitent de l'entrée en vigueur du Règlement général sur la protection des données ("RGPD") pour opérer du démarchage auprès des médecins et des conseil départementaux.
Ce démarchage vise souvent à vendre un service d'assistance à la mise en conformité au RGPD, ou à collecter des informations en vue d'une escroquerie ou d'une attaque informatique.
Nous vous invitons par conséquent à vous méfier de telles communications prenant les formes d'une information officielle émanant d'un service public ou de la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés (C.N.I.L).
Aucune société n'est mandatée par les pouvoirs publics pour proposer à titre onéreux des prestations de mise en conformité au RGPD.
Ne payez donc aucune somme d'argent au motif qu'elle stopperait une éventuellement action contentieuse.
Si vous avez un doute sur la nature d'une communication, vous pouvez vous remporter aux exemples d'arnaques RGPD publiées par la CNIL à cette adresse : https://www.cnil.fr/sites/default/files/atoms/files/arnaques-rgpd cas-signales-a-la-cnil.pdf.
 

COMMUNIQUÉ :

A propos de l’outil PAACO-GLOBULE dont le but est de partager les informations entre professionnels de santé :

Le Conseil départemental interpellé par le côté « open-bar » des propositions de partage d’information de toute sorte concernant les patients, a saisi le Conseil National de l’Ordre des Médecins et en particulier la Section Exercice Professionnel.

Celle-ci a refusé de se prononcer sur un tel outil.

Devant une telle réponse qui ne manque pas d’interroger, nous ne pouvons que déconseiller aux médecins du département d’alimenter en information médicale une telle plateforme numérique, voire de ne pas y participer si cela n’est pas indispensable.